La mangrove est une forêt qui se développe dans la zone de balancement des marées des régions littorales intertropicales. Elle colonise des zones alimentées en eau douce et à l’abri des courants marins, comme les estuaires, les systèmes lagunaires, c’est-à-dire des zones calmes et peu profondes. Elle occupe les trois-quarts des côtes et deltas des régions tropicales, assurant une excellente protection contre l’érosion et même les tsunamis.

La mangrove est un milieu riche en nutriments minéraux et organiques issus d’une matière organique en décomposition particulièrement abondante. Celle-ci, constituée essentiellement de feuilles de palétuviers, alimente une flore bactérienne et fongique considérable à la base d’une vaste chaîne alimentaire. La mangrove est l’un des milieux les plus riches de la planète.

La mangrove figure parmi les écosystèmes les plus productifs en biomasse de notre planète. Elle serait aussi productive que la forêt tropicale humide. Un hectare de mangrove représente 300 tonnes de matière organique sèche et en produit environ 15 tonnes par an.

Des conditions écologiques particulières…

L’écosystème de la mangrove est caractérisé par des conditions écologiques très particulières :

-une salinité très variable en fonction des apports en eau douce (précipitations, fleuves…)

-une eau pauvre en oxygène (anoxie due à une très importante activité bactérienne)

-un substrat meuble, instable (vase composée de sédiments apportés par les rivières, les écoulements)

-une alternance inondation/exondation due au flux et reflux des marées entraînant des périodes prolongées de dessiccation et d’immersion.

Ses bienfaits pour l’homme :

Les mangroves constituent un milieu abrité favorable à la reproduction de nombreuses espèces de poissons et à la croissance des jeunes poissons jusqu’à l’âge adulte où ils pourront être pêchés. Par conséquent, elles favorisent le développement de différents types de pêcheries: artisanale, commercial, récréative. Crabes, crevettes, mollusque, huîtres et d’autres espèces marines y sont aussi récoltés.

Partout dans le monde, les mangroves ont été exploitées pour leur bois pour fabriquer du charbon ou de la pâte à papier, pour en extraire le tannin, pour la construction de charpentes de maisons, de bateaux, de clôtures… Le bois de mangrove est apprécié pour sa résistance à la pourriture et aux dégradations. Certains bois ont aussi ont une grande valeur calorifique ce qui justifie leur utilisation comme charbon ou bois de chauffe pour la cuisine ou pour fumer le poisson, les huîtres…

La médecine traditionnelle fait appel à la mangrove : racines, feuilles, bourgeons, écorces ont des vertus guérisseuses et sont encore très utilisées.

Les arbres de la mangrove, gorgés de pollen, permettent aux villageois de récolter du miel.

Ses bienfaits pour l’environnement :

Une barrière naturelle contre la houle et les tempêtes :

Grâce à sa capacité à briser la force des vagues, la mangrove protège des vies humaines et les constructions qui se trouvent sur le littoral et les écosystèmes côtiers.

Dans nombre de pays tropicaux frappés par les cyclones, les tempêtes et les ouragans, la mangrove permet de limiter les dégâts provoqués par le vent et la force des vagues.

Il a été attesté que les dégâts du tsunami, en décembre 2004, en Asie du Sud auraient été plus importants dans certaines régions, si la force des vagues n’avait pas été absorbée par des zones de mangroves.

Un filtre naturel contre les pollutions :

Les différents systèmes racinaires des palétuviers contribuent à la filtration et à la rétention des polluants (métaux lourds et autres toxiques) contenus dans l’eau, de même qu’à la rétention des nutriments et des matières en suspension. Les mangroves assurent ainsi le maintien d’une bonne qualité de l’eau.